Arthur Ténor, Il s'appelait... le soldat inconnu

Publié le par calypso

 

logo-tenor

 

  

Arthur-Tenor---Il-s-appelait-le-soldat-inconnu.jpg

 

Quand il était petit, François rêvait d'être soldat. Puis la guerre de 1914 a éclaté et il est parti se battre, fier de défendre son pays. Mais il a rapidement découvert la dure réalité des champs de bataille, l'horreur des tranchées, la sauvagerie des hommes. Il a surtout connu une fin tragique, comme de nombreux soldats, et son nom s'est perdu dans la boue de Verdun. C'est ainsi qu'il est devenu... le Soldat inconnu.

 

Il s’appelait… le soldat inconnu est un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. L’histoire débute à la naissance de François, le personnage principal, et s’achève lorsqu’il devient le Soldat inconnu, quelques années après avoir donné sa vie pour la France. C’est un roman qui traite de la Première Guerre Mondiale, mais Arthur Ténor a fait le choix de présenter avant tout la vie d’un homme et non uniquement d’un soldat. En suivant le parcours de François depuis sa naissance, en observant ses jeux d’enfant, ses premiers émois amoureux, ses rêves et ses désillusions, le lecteur se sent proche de cet homme ordinaire et prend conscience de la violence et de la dureté de la Grande Guerre qui a pris tant d’hommes innocents. Ce roman est une vraie réussite, on se laisse porter avec une grande facilité et avec beaucoup de plaisir par l’écriture d’Arthur Ténor qui possède incontestablement un vrai talent de conteur.

 

   

L’œuvre en quelques mots…

 

« Gustave le bouscule du coude.

- Eh, François, t’as vu la fille du nouveau maître ? demande-t-il en désignant une gamine de leur âge.

Elle se tient sur l’une des marches du perron de l’école. Timide, s’efforçant de sourire, quelques taches de rousseur sur le nez, deux couettes châtain clair rigolotes et de grands yeux noisette…

François tombe amoureux sur-le-champ. » (p.15)

 

«  Il lui écrit tous les deux jours, un tout petit mot, mais un mot d’amour, du genre : « Ma Lucie chérie, je me suis réveillé ce matin avec le sourire. Je venais de passer la nuit avec toi. C’était la première fois. C’était pour toujours. Je t’aime d’amour fou. » Il écrit généralement sur des cartes postales fantaisie. Ses compagnons de chambrée, des « bleus de la classe 15 », sont aussi fiers que lui d’être soldats, aussi impatients de monter au front, aussi joyeux, insouciants, blagueurs… Qui croirait que plus de trois cent mille Français ont déjà perdu la vie au champ d’honneur ? » (p.65)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

Sharon(http://le.blog.de.sharon.over-blog.com/article-le-violoncelle-poilu-d-herve-mestron-76981865.html) avait fait un très beau billet sur "le viooncelle poilu" sur un thème similaire, très bon
aussi.


Répondre
C


Merci pour le lien, je vais le consulter.



L

moi aussi j'ai adoré! vraiment!!!!
j'ai commandé un autre titre, "Mémoire à vif d'un poilu de quinze ans" :)


Répondre
C

C'est une idée géniale que d'avoir imaginé la vie du soldat inconnu. Cela me donne envie de découvrir ce roman. Quant à la violence de la guerre de 14, c'est intéressant aussi de lire des écrivains
contemporains de l'époque pour la comprendre. Je pense aux très beaux romans que tu connais peut-être comme Les croix de bois de Dorgelès, Henrick Maria Remarque : A l'ouest rien de nouveau.. et
tant d'autres.


Répondre
C


Je ne les connais que de nom ! De futures découvertes peut-être ?



A

Bonjour et un grand merci pour votre avis sur ce roman. Comme je l'ai indiqué par ailleurs, il ne faut pas manquer d'aller lire l'épilogue qui n'a pas été publié, malheureusement, et que j'ai donc
mis sur un blog dédié : http://tenorselivre.canalblog.com (il faut descendre au message du 15/12/2005). Vous souhaitant bonne lecture de ce retour de la lumière dans la vie de Lucie. Arthur Ténor


Répondre
C


Je vais lire cet épilogue de ce pas !


Je n'hésiterai pas une seule seconde à proposer votre roman à mes élèves.


Merci de votre visite.



L

cela me fait songer à une scène de "la vie et rien d'autre"


Répondre
C


Je ne connais pas ! Certains passages m'ont fait penser à la voix off d'Un long dimanche de fiançailles.



S

J'ai beaucoup aimé aussi, d'autant que ça m'a souvent fait réfléchir le sort des soldats qui n'avaient pu être rendus à leur famille faute d'identification.


Répondre
C


Je suis ravie d'avoir découvert ce texte.



J

Je l'ai dans ma PALbis ! Je veux l offrir à ma nièce et ton billet me conforte ds cette idée . Bonnejournée


Répondre
C


Oui, c'est une très bonne idée !



P

Je suis ravie qu'il t'ait plu! C'est vraiment un roman magnifique! J'en ai profité pour ajouter ton lien sur mon billet récapitulatif ;)


Répondre
C


Merci Pimp' (et désolée pour le retard) !