Velma Wallis, Le cadeau du froid

Publié le par calypso

Velma Wallis - Le cadeau du froid

 

Née en Alaska, dans une tribu athabaskane, Velma Wallis a été élevée dans les valeurs traditionnelles de son peuple, bercée des légendes transmises de mère en fille depuis des générations. Parmi elles, Le Cadeau du froid, dont Velma a choisi d'écrire le récit des années plus tard, pour rendre hommage à son peuple d'Alaska.

Avec des mots simples et justes, elle rappelle l'importance de l'entraide, la richesse de l'expérience et l'incroyable pouvoir de la solidarité et de la volonté. Par sa sincérité, elle a touché plus d'un million de lecteurs dans le monde entier, faisant de cette légende de courage et de survie un texte universel, qui sait nous rappeler l'essentiel.

 

C’est avec Le Cadeau du froid que j’inaugure mon premier partenariat avec un forum sur lequel je me rends régulièrement depuis maintenant quelques semaines : Livraddict. Une équipe d’administrateurs et de modérateurs très motivés, des membres sympathiques, des livres, des livres et encore des livres. Je vous invite à découvrir rapidement ce forum, si ce n’est pas déjà fait !

Avant même de savoir que j’allais pouvoir participer à ce partenariat, j’avais repéré en librairie cette jolie couverture bleu foncé ornée de flocons de neige en relief. Un bon point pour l’éditeur qui a su, à l’approche de Noël, choisir une couverture susceptible d’attirer l’œil de nombreux lecteurs. J’ai également beaucoup apprécié les diverses illustrations qui accompagnent les titres de chapitre et qui permettent vraiment d’intégrer l’univers du conte.

Passons maintenant au contenu ! Le Cadeau du froid relate une légende venue tout droit d’Alaska, de celles qui se transmettent à chaque génération et qui marquent chaque individu qui en a pris connaissance : leçon de courage, leçon de vie, leçon de morale, comme vous voulez… ce court récit est en effet tout cela à la fois. Ch’idzigyaak et Sa’ sont deux vieilles femmes appartenant à une tribu de la région arctique de l’Alaska. Parce qu’elles sont plus âgées, elles pensent avoir moins de ressources que leurs compagnons de route et passent leur temps à se plaindre de la pénibilité des trajets à accomplir. Mais un jour, alors qu’aucun membre de la tribu ne s’est jamais plaint d’aucune des deux femmes, le chef et le conseil prennent une terrible décision, celle d’abandonner les deux femmes derrière eux et de continuer leur route sans elles. Si on se doute que la souffrance physique est forcément présente dans des conditions si extrêmes, la souffrance morale, elle, vient nous surprendre brutalement : c’est celle de ces deux anciennes qu’on laisse subitement au milieu de nulle part, celle de Ch’idzigyaak abandonnée par sa propre fille qui n’ose aller contre la décision du conseil, celle de Shruh Zhuu, son petit-fils, qui ne comprend pas que l’on puisse partir sans sa grand-mère chérie. De la souffrance va naître cet incroyable instinct de survie qui sommeille au plus profond de nous : les deux vieilles femmes vont se déplacer, seules, réapprendre à chasser pour se nourrir, évoluer et comprendre leurs propres erreurs. Plus de plaintes, mais un courage à toute épreuve.

Si j’ai beaucoup apprécié la lecture de ce conte, j’avoue que l’effet n’aurait pas été le même si je l’avais lu en juillet… Il m’a surtout manqué davantage d’échanges entre les deux femmes lors de leur périple. Mais ce n’est qu’un détail et je conseille ce conte à tous.

 

Un grand merci à l’équipe de Livraddict et aux Editions Jean-Claude Lattès pour m’avoir fait voyager en Alaska, le temps d'un livre.

 

Je vous invite à lire les avis de Pimprenelle, Jess et Canel !

 
 

livraddictlogo-copie-1.jpg


  

L’œuvre en quelques mots…

 

«  L’obscurité s’avança, le pays devint calme et silencieux. Il fallait beaucoup de concentration pour s’occuper durant ces longues heures. Les deux femmes confectionnèrent force accessoires avec les peaux de lapin, mitaines, bonnets, passe-montagnes. Mais, en dépit de ces activités, une grande solitude se referma lentement autour d’elles. »

 

« Les uns et les autres avaient appris qu'un aspect inconnu de la nature humaine se révélait dans les épreuves. Les autres s'étaient crus forts, alors qu'ils étaient faibles. Et les deux vieilles qu'ont avait jugées les plus faibles et les moins utiles avaient été fortes. »
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Ce livre me tente beaucoup et j'aime beaucoup la couverture !


Répondre
H

j'avoue que le lire en période de noel et de froid cest bien mieux!!
jai aussi aimé..mais...voilà..y'a un mais. Le genre de "mais" que tu n'expliques pas ^^


Répondre
C

Si ça peux te rassurer, il y a un "mais" chez moi aussi, qui est venu après coup...


S

Je vois que nous sommes nombreux à être séduits par cette lecture ! J'ai linké ton article au bas du mien, je partage ton enthousiasme.


Répondre
B

Il est dans ma LAL et j'espère bien le découvrir pendant cette période de fêtes de fin d'année. Merci pour ton avis ;)


Répondre
G

En effet c'est un livre de circonstances...


Répondre
A

Une lecture de saison, c'est sûr !
C'est en plus toujours agréable de recvoir des livres en cadeau.


Répondre
C

Je ne m'en lasse pas, on fait plein de découvertes !


M

Je l'ai reçu en livre voyageur et vais bientôt le lire... J'ai hâte! :)


Répondre
V

J'ai fait aussi un billet sur ce roman qui m'avait plu, même s'il ne faut pas trop en attendre. Et tu as raison, il faut absolument le lire l'hiver.


Répondre
E

Je note plutôt deux fois qu'une. Merci pour ce bel avis, qui me donne envie de lire cet ouvrage.


Répondre
C

Pour l'instant il ne me semble pas avoir lu d'avis négatif.


B

Je l'ai lu aussi ces derniers temps, c'est vrai que c'est plutôt le meilleur moment pour. Mon article sera bientôt en ligne. J'ai aussi beaucoup aimé!


Répondre
C


Je viendrai le lire.



S

Un de ces romans que j'irai lire sur le canapé de Pimprenelle (rires)


Répondre
C

Quoi ? Il fait froid chez Pimprenelle ?! :p


A

je l'ai vu souvent sur la blogosphere et j'en ai lu que du bien... il va falloir que je me laisse tenter


Répondre
C

Si tu peux l'emprunter en médiathèque...


P

C'est sûr que la période était idéale pour le lire!


Répondre
C

Ils sont forts, ces éditeurs !