Steve Mosby, Un sur deux

Publié le par calypso

 

Steve-Mosby---Un-sur-deux.jpg

 

Vaut-il mieux mourir ou condamner l'autre à la mort ? Avant d'en tuer un sur deux, un serial killer torture les couples qu'il séquestre : à eux de décider. Jodie vient de tromper Scott et se sent coupable. De son côté, il recense cinq cents raisons de l'aimer. Ils sont enlevés. L'inspecteur Mercer n'a que quelques heures pour les retrouver avant qu'ils ne craquent. Et vous, que feriez-vous ?

 

Il avait disparu depuis deux ans, sans qu'aucun des policiers sur l'enquête n'arrive à lui mettre la main dessus et, la discrétion ayant ses limites, il avait frappé un grand coup et décidé de quitter la scène en choisissant sa dernière victime parmi les officiers de police. Lui, c'est un tueur. Particulièrement pervers. Sa méthode : piéger des couples et tester leur amour, pour finalement n'en laisser vivre qu'un sur deux. Et voilà qu'il semble refaire surface, tout en procédant différemment. Le lien est mince, et pourtant... Quand l'inspecteur Mercer prend en charge l'enquête, les heures sont déjà comptées pour les nouvelles victimes...

Un sur deux est un roman qui m'a complètement captivée et dans lequel je me suis réellement investie. J'avais une piste - « Et si en réalité...? », « Non, impossible... » - assez incroyable, vous l'aurez compris, qui s'est avérée juste. Bonheur de l'enquêtrice sur son bout de canapé. Mais passons sur ma petite satisfaction personnelle. Ce roman fonctionne pour plusieurs raisons : l'introduction des quatre grandes parties du roman, le mystère lié à l'enquête restée en suspens depuis deux ans, le compte à rebours lancé dès le début de l'histoire, les liens - difficiles à saisir - entre les personnages, les différents points de vue qui donnent du rythme. Je l'ai trouvé vraiment bien ficelé. Il y a toutefois un petit quelque chose qui me chagrine : on peut avoir l'impression que le roman ne tient pas ses promesses car, si le sujet de départ est particulièrement original (qui des deux survivra ?), il est quelque peu éludé. A mon avis, la quatrième de couverture doit être revue. Elle laisse à penser que l'on va assister à plusieurs séries de meurtres mettant en scène plusieurs couples, et ce n'est pas le cas. Alors, une fois n'est pas coutume, oubliez ce que vous pensez savoir et laissez-vous prendre dans cette énigmatique toile d'araignée...

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« L'une des premières choses que l'on nous enseigne, c'est qu'il est important de ne pas avoir d'idées préconçues lorsqu'on commence une enquête. Ce qui, dans une certaine mesure, est vrai. » (p.19)

 

« Lors d'une enquête, et dans ce métier de façon générale, il est toujours bon de garder à l'esprit une vérité pénible mais essentielle : le Bien et le Mal n'existent pas. Vous pouvez penser le contraire, cela ne vous aidera pas à mieux dormir la nuit, croyez-moi, ni à mettre la main sur les pires criminels.

Il est en effet trop simple de mettre leurs actes sur le compte du Mal. Les répercussions de ceux-ci sur la vie des autres sont tellement ignobles qu'on ne peut pas se contenter de fermer ainsi les yeux.

La vérité, c'est que ces individus sont des rouages de la société qui ont dévié de leur axe. Le mécanisme propre à créer des citoyens à la fois utiles et humains, comme vous et moi, s'est détraqué à leur passage. Raison pour laquelle ils sont devenus les "monstres" dont nous parlons, et l'on doit à leurs victimes, et à toutes les victimes potentielles, d'essayer de comprendre au mieux ce qui a dérapé.

En matière de police, il n'y a ni Dieu, ni diable, ni Bien, ni Mal. Seulement des gens abîmés.

Comme nous tous, ils se trouvent à l'intersection du mal qu'on leur a fait et de celui qu'ils font. » (p.101)

 

Publié dans Littérature anglaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Ce type de roman pourrait bien me plaire .. je le note ;-)
Répondre
A
Voilà qui m'a l'air passionnant.
Répondre
A
Je l'ai lu et je l'avais bien aimé.
Je ferai mon billet dans la semaine pour le challenge.
Bonnes lectures
Répondre
C


Ok !



C
Un bon thriller en cette période estivale, je ne dis pas non
Répondre
C


J'ai tendance à les enchaîner...