Sophie Audouin-Mamikonian, Indiana Teller, T2 : Lune d'été

Publié le par calypso

 

Sophie-Audouin-Mamikonian---Indiana-Teller-2.jpg

 

  

Dans les interminables plaines du Montana s'étend le Lykos Ranch. Alentour, les voisins sont loin de se douter que ses occupants sont les membres de l'un des clans de loups-garous les plus puissants d'Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller.

Alors qu'Indiana se remet à peine de l'enlèvement de sa mère, le père de sa petite amie Katerina est sauvagement agressé, laissé à moitié mort. Une seule certitude : cette attaque n'est pas d'origine humaine. Le jeune homme est prêt à tout pour découvrir l'auteur de cet ignoble crime. À moins qu'il ne s'agisse d'un complot visant à l'éloigner des siens... et à détruire ce qui l'unit à celle qu'il aime ?

Entre une nouvelle menace vampire et les haines qui déchirent les clans, Indiana a plus que jamais besoin de ses dons de rebrousse-temps pour élucider ces mystères. Saura-t-il maîtriser ce pouvoir capricieux ? Et comment protéger Katerina de ces sombres machinations ? Car la nuit, tous les loups sont gris, et un traître pourrait bien se cacher parmi eux...

 

Les deux clans de loups-garous ont à peine fini de s’affronter que, déjà, tout va mal chez les Teller. La mère d’Indiana a été enlevée et le père de Katerina, Seamus, a été laissé pour mort. Il ne fait aucun doute qu’un loup est à l’origine de ses blessures. Brandkel, tapi dans l’ombre, semble tirer les ficelles de tous ces événements tandis que Tyler, son fils mal aimé entend bien récupérer ce qu’Indiana lui a volé : la délicieuse Katerina. Et c’est là que les vampires entrent en scène… Heureusement, l’union fait la force et, même si le fougueux Indiana s’apprête à découvrir quelques vérités sur sa famille, les liens qui l’unissent à elle n’ont jamais été aussi puissants.

J’étais ravie de pouvoir me replonger dans les aventures de ces sympathiques loups-garous mais en même temps assez embêtée car, même quand un livre m’a plu, je suis capable d’en oublier les grandes lignes quelques mois plus tard. Et je dois bien reconnaître que si la lecture du tome 1 avait été très agréable, il ne m’en restait pas grand-chose. Heureusement, Sophie Audouin-Mamikonian a tout prévu : un « pré-prologue » est là pour rappeler aux lecteurs à la mémoire déficiente le pourquoi et le comment du tome 1. Un bon point ! Passées les premières pages, j’étais donc de nouveau prête à me mêler à la meute. J’ai reconnu très rapidement le style de l’auteur, marqué par la présence quasi-continue d’humour. Rien de tel pour se détendre : l’autodérision du personnage principal reste un vrai bol de fraîcheur. Cette lecture confirme mon attachement à Indiana, et Alex, son ami, me plaît toujours autant. Nanny est un peu plus effacée et cette soudaine histoire d’amour avec Seamus me laisse perplexe. Je viens de relire mon billet de l’an dernier et j’écrivais, au sujet de Katerina : « J’attends de voir comment le personnage va évoluer ». Eh bien… pfff… que dire ? Je ne l’apprécie pas plus que cela et le rôle qu’elle joue dans ce tome la rend un peu plus cruche, la pauvre, alors qu’elle n’y est pour rien. Quant aux nouveaux personnages, menés par la plantureuse Annabelle, buveuse de sang de son état, ils apportent un certain souffle à l’histoire. Alors, ce tome 2 est-il une réussite ? C’est un roman très sympathique mais qui n’échappe malheureusement pas à une entrée dans l’action un peu longue. La deuxième moitié du roman, elle, se dévore.

    

 

Michel Lafon

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Même si je n’avais rencontré ma mère que très peu dans ma vie, du fait de sa maladie, dernièrement, nous avions réussi à communiquer et elle me manquait terriblement.

Si celle-ci, sur un échiquier imaginaire, était la reine blanche, que le roi noir venait de capturer, il venait également d’éliminer un nouveau pion. Seamus.

Pour ma part, je me voyais assez bien en fou. Le truc qui surgit de nulle part et met le chaos.

Le seul hic de cette métaphore du jeu d’échecs, c’était que j’avais affaire à un vieux grand maître super vicieux, qui avait genre une petite centaine d’années de plus que moi, et que je débutais tout juste, une notice Les Echecs pour les nuls dans une main et un échiquier dans l’autre… » (p.23)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
J'ai très envie de découvrir cette série.
Répondre
L
Arrfff je n'ai toujours pas lu le 1er, il est à la biblio où je suis mais il est souvent emprunté ;-) J'attends mon tour
Répondre
C


C'est une lecture plutôt divertissante !



J
pas fan de ce type de roman et pourtant, tu en parles avec tant de bons souvenirs...! je lirai la suite chez toi !!!
biz
Répondre
C


C'est une lecture plutôt sympa !