Jack London, L'appel de la forêt

Publié le par calypso

 

Jack-London---L-appel-de-la-foret.jpg

 

Admiré par tous et choyé par son maître, le chien Buck n’a vraiment pas de raison de se méfier des humains. Un homme va pourtant l’arracher à son foyer ; un autre va lui enseigner la dure loi du plus fort. Devenu chien de traîneau, Buck découvre la violence, le goût du sang. Des rivalités déchirent la meute dont il fait maintenant partie. Alors que Buck s’éloigne de la civilisation, une voix venue de la forêt éveille dans sa mémoire l’appel de la nature, puissant, irrésistible…

 

Je ne sais plus si j’ai eu l’occasion, enfant, de lire Croc-Blanc, mais je suis sûre en tout cas de n’avoir jamais lu L’Appel de la forêt. Je lis sur la quatrième de couverture que ce livre est conseillé aux plus de 11 ans et il me semble en effet qu’il n’est pas si facile à lire pour un public plus jeune. Grand classique de la « littérature de jeunesse », il attire avant tout les jeunes lecteurs car son personnage principal, Buck, est un chien. Aimé par son maître, le juge Miller, et apprécié de tous, Buck vit comme un roi dans la vallée de Santa-Clara. Nous sommes en 1897 et le trafic de chiens de traîneau s’intensifie. Buck tombe aux mains d’un certain Manoël qui le vend à un éleveur de chiens de traîneau. Buck vivra, dans le Grand Nord, de nombreuses aventures, connaîtra la souffrance et la rudesse du travail dans le froid, jusqu’à trouver un bon maître en la personne de John Thornton. Mais l’appel de la forêt est là, plus fort que tout…

Si je n’ai pas trouvé désagréable la lecture de ce livre, je n’ai pas non plus trouvé l’histoire exceptionnellement passionnante. Une bonne lecture en somme, mais sans plus. Je l’aurais sans doute davantage apprécié il y a quelques années.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

«  D’autres voix lui parlaient encore. Des profondeurs de la forêt, il entendait résonner tous les jours plus distinctement un appel mystérieux, insistant, formel ; si pressant que parfois, incapable d’y résister, il avait pris sa course, gagné la lisière du bois. Mais là où finissaient les vestiges de vie, près de fouler la terre vierge, un sentiment plus puissant encore que cet appel, l’amour pour son maître, arrêtait sa course impétueuse, le forçait à retourner sur ses pas, à venir reprendre sa place parmi les humains. » (p.113)

 

   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre, car la violence envers les animaux est très présente et j'avoue que ça m'était parfois pénible...


Répondre
C


Ce n'est pas faux, c'est d'un réalisme parfois difficile.



L

Je n'aime pas du tout Jack London, je n'aime pas ses descriptions ni les lieux qu'il choisit pour ses romans.


Répondre
L

Un livre et un auteur qui m'ont fait rêver il y a bien longtemps...à relire un jour


Répondre
L

j'en garde de bons souvenirs, je l'ai lu quand j'étais plus jeune, mais je ne sais pas si ça me plairait autant maintenant ^^


Répondre
I

Qu'est-ce que j'ai pu détester ce livre quand on m'a obligée à le lire au collège !


Répondre
A

je vais prochainement lire croc blanc.


Répondre
I

J'ai adoré Croc-Blanc, j'ai bien envie de lire celui-ci ^^.


Répondre
M

La première fois que j'ai lu ce livre, j'avais été bouleversée! J'étais jeune! Comment réagirais-je maintenant que je le suis un peu moins? Je devrais le relire!


Répondre
L

Je l'avais bien aimé ce livre mais je l'ai lu quand j'avais 12-13 ans. Je me rappelle d'un bon livre d'aventure.


Répondre
V

Je l'ai relu il y a deux ans et je l'ai adoré !


Répondre