Delphine de Vigan, Les heures souterraines

Publié le par calypso

 

Delphine de Vigan - Les heures souterraines

 

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai.

 

Deux âmes se noient dans une ville grouillante, asphyxiante mais pleine de possibilités. Il s’agit de Mathilde et Thibault. Elle vit une lente descente aux enfers dans sa vie professionnelle. Il vit une relation dévorante avec une femme qu’il aime éperdument mais qui ne l’aime pas en retour. Ces deux êtres en détresse déambulent dans Paris, s’engouffrent dans le métro, traversent une foule qui ne se soucie pas d’eux, attendent, espèrent, se taisent.

Delphine de Vigan a un véritable don pour peindre la désespérance et la solitude. Elle nous offre deux personnages qui pourraient ressembler à n’importe lequel d’entre nous, à un moment de sa vie. Ce roman est, dans le style et dans le propos, une vraie réussite mais ce n’est pas un coup de cœur pour autant car j’attendais un petit quelque chose que je n’ai malheureusement pas trouvé…

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Elle rêve parfois d’un homme à qui elle demanderait : est-ce que tu peux m’aimer ? Avec toute sa vie fatiguée derrière elle, sa force et sa fragilité. Un homme qui connaîtrait le vertige, la peur et la joie. Qui n’aurait pas peur des larmes derrière son sourire, ni de son rire dans les larmes. Un homme qui saurait.

Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut-être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s’effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants. Il y a longtemps qu’elle le sait. » (p.138-139)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tiphanie 24/08/2011 17:55


J'suis un peu d'accord avec toi en ce qui concerne la fin du livre qui laisse un petit goût d'inachevé, mais après réflexion je me suis dis que finalement c'était plus proche de ce qui se passe
tous les jours dans le métro, on y croise des gens qui nous marquent parfois quelques heures ensuite, pour autant on ne les aborde pas.


calypso 24/08/2011 20:35



Je me suis fait la même réflexion, mais quand même... j'avais une attente et elle n'a pas vraiment été satisfaite...



Géraldine 12/08/2011 15:27


Et quel est ce quelque chose que tu recherchais ? Pour ma part, cette lecture m'avait bouleversée lors de sa sortie.


calypso 12/08/2011 19:54



Une rencontre disons un peu plus poussée...



Moka 10/08/2011 16:11


C'est un auteur que j'envisage de lire...
... quand ma PAL sera un peu allégée.


Alex-Mot-à-Mots 06/08/2011 22:43


J'avais trouvé ce roman très sombre.


La plume et la page 06/08/2011 21:14


Un livre qui pourrait bien me plaire... Je note!


Canel 01/08/2011 10:15


La souffrance au travail est un réel problème (comme en témoignent les suicides souvent symboliques sur le lieu de travail), accru en cette période de crise ? La victime harcelée, délaissée, a vite
fait de perdre ses repères, sa confiance en soi, sa dignité humaine.
J'ai un proche dont le métier consiste à écouter ces individus en souffrance : la dépression et les états suicidaires ne sont jamais loin.
J'ai bcp aimé ce livre, et la rencontre avec l'auteur, grâce à une librairie de ma ville. Elle a expliqué avoir vécu une situation proche, ce genre de douleur infinie ne s'invente pas, elle a
également recueilli bcp de témoignages. Rien de geignard ni de complaisant ici, on est bien au-delà de l'auto-apitoiement nombriliste façon 'Une histoire d'amour' de M. Page, à tt hasard !! ;-)(je
viens de le lire).


calypso 05/08/2011 11:28



Merci pour ton commentaire, Canel.



Philippe D 31/07/2011 22:16


Je ne connaissais pas cette auteure mais, à force de la rencontrer un peu partout sur les blogs, j'ai lu celui-ci et No et moi. Ce ne sont pas des coups de coeur non plus. Il manquait quelque chose
que je ne peux pas définir.


calypso 05/08/2011 11:29



C'est la fin qui m'a assez déçue je dois dire...



Reveline 27/07/2011 15:43


Tu es plus enthousiaste que moi :-) J'avais détesté, trouvant le roman sans intérêt et les personnages des têtes à claques geignardes.


L'Irrégulière 27/07/2011 15:01


J'en ai lu beaucoup de bien, je me laisserai peut-être tenter un de ces jours !


Noukette 27/07/2011 14:53


C'est vrai que ce roman n'est pas très gai mais il y a une réelle grâce dans l'écriture de cette auteure, j'aime beaucoup !


Sophie/Vicim 27/07/2011 00:19


je suis entrain de terminer ce livre que j'aime beaucoup...


Marion 26/07/2011 19:01


Un très bon livre... Je pense en lire d'autres de De VIgnan pour voir ce que ca donne...