Jean-Louis Fournier, Où on va, papa ?

Publié le par calypso



Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J'avais honte ? Peur qu'on me plaigne ?
Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c'était pour échapper à la question terrible : « Qu'est-ce qu'ils font ? »
Aujourd hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j'ai décidé de leur écrire un livre.
Pour qu'on ne les oublie pas, qu'il ne reste pas d'eux seulement une photo sur une carte d'invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n'ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d'ange, et je ne suis pas un ange.
Grâce à eux, j'ai eu des avantages sur les parents d'enfants normaux. Je n'ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n'avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu'ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.

Et surtout, pendant de nombreuses années, j'ai bénéficié d'une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j'ai pu rouler dans des grosses voitures américaines.

J'aurais bien du mal à vous parler de Où on va, papa ?... Je pense que c'est une oeuvre qu'il faut lire, et relire. Je l'ai lu d'une traite, et j'en ai même relu quelques passages tellement j'ai été touchée par le sujet, émue par l'écriture. Sans tomber dans le pathos, Jean-Louis Fournier nous parle de ses deux garçons handicapés, Mathieu, parti chercher son ballon dans un endroit où personne ne pourra plus l'aider à le récupérer, et Thomas, la tête dans les nuages. Il nous raconte ses « deux fins du monde » avec humour et tristesse aussi, et chaque petit paragraphe est un bijou de sensibilité...


L'oeuvre en quelques mots...

« Que ceux qui n'ont jamais eu peur d'avoir un enfant anormal lèvent la main.
Personne n'a levé la main.
Tout le monde y pense, comme on pense à un tremblement de terre, comme on pense à la fin du monde, quelque chose qui n'arrive qu'une fois.
J'ai eu deux fins du monde. »

« Il ne faut pas croire que la mort d'un enfant handicapé est moins triste. C'est aussi triste que la mort d'un enfant normal.
Elle est terrible la mort de celui qui n'a jamais été heureux, celui qui est venu faire un petit tour sur Terre seulement pour souffrir.
De celui-là, on a du mal à garder le souvenir d'un sourire. »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Très touchant et terriblement réaliste ...Par contre j'aurai aimé savoir de quoi les enfants souffraient exactement ... Curiosité peut être mal placée ?


Répondre
C


Peut-être la maman le dit-elle sur son site ?



L
Je ne l'ai pas lu, mais le style a l'air très différent de celui de "Il a jamais tué personne, mon papa", que je viens de finir et que je n'ai pas du tout aimé.
Répondre
C

Oui, c'est l'impression que j'ai eue en lisant ton article.


C
Je n'ai rien à ajouter à ton billet...
Toute la blogo est unanime : lisez-le.
Répondre
K
Tu es la 2ème personne à parler de ce livre en 3 jours . Le sujet étant sensible je n'étaiis pas sure de pouvoir le lire mais à force de commentaires je le joins à ma liste
Répondre
C

Oui, le sujet est sensible mais traité avec humour. C'est un roman très émouvant, mais tu verras qu'à la lecture tu auras souvent le sourire au lèvres.


L
oui nous partageons donc notre avis sur cette lecture, merci de ta visite, belle journée
Répondre
E
Il faut absolument que je l'emprunte à ma soeur...depuis que je lis de bonnes critiques dessus.
Répondre
S
Un beau livre, qui m'a beaucoup touchée.
Répondre
C
Comme toi j'ai adoré et ça m'a donné envie de découvrir d'autres livres de Fournier...
Répondre
P
J'aime beaucoup cet auteur mais je ne me suis pas encore lancée dans ce titre, j'attends qu'il sorte en poche. J'aime beaucoup la manière dont il traite les sujets tragiques souvent sur le mode d'un humour très touchant.
Répondre
C

Je crois que je vais me laisser tenter par ces autres livres d'ici peu...
Ce qui est sûr c'est que j'achèterai Où on va, Papa ? en poche lorqu'il sortira.


K
je vais bientôt être la seule à ne pas l'avoir lu !!!Faute d'avoir pu l'emprunter... Patience!
Répondre
C

J'espère qu'il te plaira comme il m'a plu.


N
Je n'étais pas tentée au départ, mais c'est le deuxième avis convaincant que je vois en deux jours... Je vais me laisser convaincre donc !
Répondre
C

Il se lit très vite donc de toute manière, même si tu n'aimes pas, tu n'auras pas perdu trop de temps.