Mes lectures de septembre 2008

Publié le par calypso

 

Et puis, t'aimerais pas un jour vivre là-dedans ? Avec un homme et des gosses. En famille quoi. Il a dit. J'ai ri. Ça devenait comme un conte de fées. Et les achélèmes étaient comme un palais. Déjà je m'imaginais dans la salle d'eau carrelée - lavabo sur pied, robinets qui fuient pas - faisant un shampooing à mes mômes. Moi les enfants j'aime. Un shampooing-douceur. Aux extraits naturels d'herbe. Le naturel, y a rien de mieux. Des mômes blonds comme les blés. Comme lui.
                                            


 

                                                                     

 

Une jeune femme entre dans une pâtisserie pour acheter un gâteau d'anniversaire à son fils mais il est mort depuis longtemps. Dans l'arrière-boutique, une vendeuse pleure en silence. Une romancière vit dans un appartement donnant sur un jardin potager qui regorge de légumes, de surprenants légumes... Un journaliste arrive dans un hôtel sur lequel il doit écrire un article. Dans sa chambre s'est installée une femme. Elle s'en va aussitôt mais ne quitte pas les abords de l'hôtel. Elle rôde en portant un curieux fardeau. Une maroquinière confectionne pour une chanteuse de bar un sac délicat et précieux dans lequel la belle va déposer son cœur : étrange excroissance, difformité fragile posée non pas à l'intérieur mais à l'extérieur de sa cage thoracique... Dans chacune de ces onze nouvelles, un détail, parfois infime, évoque la précédente ou annonce la suivante pour former un ruban, une spirale, une chaîne soutenant la trame du livre et créant ainsi une subtile mise en abyme.


 

 

Incontournable chef d'ouvre de la Résistance, Le Silence de la mer fait le récit d'une rencontre forcée entre un officier allemand et une famille française obligée de l'héberger. Les nouvelles réunies dans ce recueil présentent la sinistre vérité d'une époque : celle, de l'occupation, de la collaboration, de l'holocauste. Grâce aux montages narratifs subtils, aux jeux sur le point de vue et l'énonciation, l'indignation s'exprime par des touches brèves, mais intenses, qui retentiront longtemps dans l'esprit des élèves.


 

Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.

 

 

 

Publié dans Blabla en tout genre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Je viens de recevoir "tristes revanches" à lire dans le cadre du challengeABC2010, je pense que je vais l'apprécier :)


Répondre
C


C'est très originale en tout cas !



N

Je viens de découvrir Gavalda... (en LC, article le 31 mai) et j'avoue que ce style m'a beaucoup plu. Toutefois, je en pense pas lire la consolante, qui obtient des avis assez mitigés. Peut-être
que je prendrai ce petit livre ?


Répondre
C


Il se lit vite mais toutes les nouvelles ne sont pas de même qualité.



L
J'aime beaucoup Anna Gavalda , bien que je ne sois pas fan des nouvelles j'ai quand même beaucoup aimé !
Répondre
N
... ralala, Anna Gavalda ...
J'adore ce qu'elle écrit, c'est trop bien.
Enfait je ne sais plus si j'ai mi ton blog dans mes lien mais s ce n'est pas fait je ne tarderai pas a le faire
Répondre
R
Je trouve assez "drôle" d'avoir mis ce livre d'Anna Gavalda à la suite du recueil de Vercors. Comme si Anne Gavalda pouvait nous donner la suite, comme si elle pouvait nous dire où sont parties les personnes que beaucoup attendaient et qui ne sont jamais revenues ...
Répondre
C

Oui, drôle d'enchaînement... j'étais dans ma période "nouvelles".


R
Dans Le Silence de la mer, il y a une nouvelle intitulée "Ce jour là" : je l'ai découverte au début de la classe de seconde. L'histoire est vue au travers des yeux d'un enfant, qui ne comprend pas, en rentrant de promenade avec son père, que sa mère vient d'être arrêtée.
Le ton est sobre, tout se fait de façon naturelle, par geste et regard, comme ce pot de fleurs qui avait été déplacé pour faire comprendre au père que la situation était anormale.
Malgré tout, le père essaiera de retrouver sa femme et sera victime de la rafle à son tour.
Répondre
C


Cette nouvelle est celle qui m'a le plus marquée dans le recueil, avec bien sûr "Le Silence de la mer". Je l'ai proposée cette année en cours, elle a bien
marché.