Kaui Hart Hemmings, La Guerre des mères

Publié le par calypso

 

 

Mele Bart tient un blog culinaire. Installée à San Francisco, elle a vingt-huit ans, une magnifique petite fille de deux ans, Ellie, et un ex, Bobby, qui lui a appris qu’il était déjà fiancé à une autre le jour où elle lui a annoncé qu’elle était enceinte. Quand ce dernier lui demande que leur petite fille soit demoiselle d’honneur à son mariage, Mele accepte, un peu à contrecœur.

Pour se changer les idées, elle décide donc de s’inscrire à un concours de recettes de cuisine organisé par le Club des mamans de San Francisco. Si elle peine au départ à se faire une place parmi le cercle fermé des mamans parfaites, toujours promptes à la critique, les amis qu’elle va se faire deviendront rapidement ses meilleurs alliés. Très vite, elle trouve en eux soutien et réconfort, mais aussi une source d’inspiration culinaire, chacune de ses recettes étant basée sur une anecdote vécue.

Et qui sait, peut-être que l’amour l’attend aussi au bout du chemin…

 

Mele n’a pas encore trente ans mais elle dispose de toutes les cartes pour être une parfaite desperate housewife. Elle a été « mise en cloque par l’amour de sa vie qui avait fini par la plaquer pour rejoindre l’amour de sa vie à lui. » Depuis, elle élève seule sa fille de deux ans et demi, l’adorable petite Ellie qu’elle ne considère par comme un cadeau du ciel mais une « merveilleuse erreur ». Lorsqu’Ellie était encore bébé, Mele a pris conscience qu’elle était en train de s’embourber dans une existence plutôt solitaire et elle a fait le maximum pour rencontrer des gens. Elle s’est notamment inscrite au CMSF (Club des mamans de Sans Francisco) et a fait la connaissance, par le plus grands des hasards, de ceux qui constituent désormais son cercle d’amis, Annie, Georgia, Barrett et Henry, avec qui elle discute de longues heures au parc pour enfants. Mais voilà, si sa vie connaît une phase de stabilité, Mele souffre de son manque d’évolution professionnelle. Elle décide alors de se lancer dans le Concours du livre de cuisine du CMSF. Ses recettes, inspirées de situations cocasses vécues par elle-même et par ses amis, nous permettent de découvrir la face cachée de la société dans laquelle elle évolue.

La Guerre des mères est un roman qui m’a beaucoup fait rire, je garderai notamment en mémoire l’anecdote hilarante de la séance d’épilation chez l’esthéticienne ! L’humour n’est cependant pas toujours utilisé aussi franchement et des allusions plus subtiles émaillent assez régulièrement le récit, elles sont comme des petits bonbons corrosifs que l’on savoure en souriant. Le personnage de Mele est franchement sympathique, elle a une véritable fraîcheur et un recul sur sa vie plutôt admirable. Elle rit d’elle-même, elle rit de sa fille, elle rit de cette situation de maman solo parasitée par un ex qui se remarie et un peut-être futur amant marié, elle prend la vie avec légèreté mais pas à la légère. C’est un personnage que l’on aimerait avoir pour amie… On n’aurait plus, alors, qu’à s’asseoir sur un banc, un paquet de pop corn posé à côté, et les commérages iraient bon train. L’idée de départ est également très intéressante : associer les recettes de cuisine inventées par Mele aux histoires que lui racontent ses amis, mettre en scène leur quotidien dans l’assiette, transformer les péripéties de la société franciscanaise en croque-monsieurs ! Cependant, sur les 300 pages du roman, je trouve que les allusions aux recettes ne sont finalement pas si nombreuses, je m’attendais à ce qu’elles occupent davantage le devant de la scène. De plus, j’ai trouvé la structure du roman un chouia confuse : reproduction de messages postés sur le site internet du CMSF, questionnaire rempli par Mele, passages narratifs à la première personne, passages narratifs à la 3ème personne… J’aurais apprécié une narration plus simple et les anecdotes racontées n’ont, en outre, pas toute la même saveur…

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Les gens aiment les méchants. Ça leur laisse un peu de répit. Mais je ne suis pas méchante. Juste observatrice. J'espère que quand Ellie ira à l’école j'aurai trouvé un moyen d'en tirer parti. Même si mes parents n'ont pas l'intention de nous laisser mourir de faim, je veux faire quelque chose de ma vie - je veux élever correctement Ellie et je veux qu'elle ait une mère dont l'existence ne se résume pas à élever sa fille. J'ai été à l'université pour devenir écrivain, et au fond je désire toujours la même chose qu'à l'époque : écrire sur mes malheurs tout en créant une structure, une intrigue et des personnages de sorte que mes malheurs deviennent ceux des lecteurs. Je veux révéler quelque chose de vrai. Je veux tourner la page. » (p.25)

 

 

La Guerre des mères

Auteure : Kaui Hart Hemmings

Traductrice : Mélanie Trapateau

Parution : 08/02/2018

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article