Olivier Norek, Entre deux mondes

Publié le par calypso

 

 

Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences.

 

Cher Olivier Norek,

Nous ne nous connaissons pas. Du moins, pas encore, et surtout vous, car moi je vous connais un peu. Tout a commencé quand une collègue m’a mis entre les mains Code 93. Elle connaît mon addiction, je n’ai pas eu mon mot à dire. Janvier 2017, j’ai un léger retard sur vos publications, mais est-ce bien important ? Je découvre alors Victor Coste et j’adhère complètement. A l’histoire, bien sûr, mais aux personnages, surtout. Comme cela ne suffit pas, je lis le même mois Territoires. Pas mal du tout, je commence à comprendre que vous maîtrisez le sujet. Vous êtes flic, c’est la clé. Je parle au présent, je pense que cela vous fera plaisir. Février 2017, je dévore Surtensions, je m’enorgueillis d’avoir rattrapé mon retard, j’en sais désormais autant que vos fans – qui sont nombreux – et je me dis : « Ok. Il n’est pas là pour rigoler. » C’est horrible et c’est génial. Une fin de roman en apothéose. Alors, évidemment, quand j’apprends que vous sortez un nouveau roman, il devient évident qu’il me faudra le lire, avec ou sans retard, qu’importe. Mais voilà, la presse s’en mêle, les premiers échos arrivent. Impossible d’attendre plus longtemps. Je vois votre passage à La Grande Librairie, on a dû beaucoup vous en parler, l’évocation de votre grand-père, et votre humilité, et l’intervention de Joann Sfar, et ce silence. Il m’a fallu ce même silence, avant de poser mes doigts sur le clavier. C’est ce qui arrive, toujours, quand on ferme un grand roman. Je ne sais pas ce qui m’a touchée le plus dans l’histoire que vous nous avez offerte, car tout y est profond, mesuré et émouvant. Cet homme qui laisse partir des bouts de lui pour leur offrir une vie meilleure et qui les attend, qui ne peut envisager le pire, qui se noie dans l’espoir. Ces deux êtres voguant sur l’océan de leur destinée, qui ne maîtrisent rien, qui ne demandent qu’à se construire une vie meilleure, loin du sang et des souffrances. Et cet enfant, mon dieu, cet enfant, son histoire, son courage… Ces deux solitudes qui un jour se rencontrent dans la Jungle de Calais et unissent leurs forces avec tendresse et discrétion, sans s’avouer les choses, sans poser les mots, juste parce qu’ils sont deux êtres humains qui se battent pour vivre et pour qui tendre la main est une simple évidence. Et au milieu de tous ces personnages, ce flic qui s’interroge et tente de comprendre comment et pourquoi, tout aussi humain que les autres, avec ses failles et sa bienveillance. Il y a tant d’humanité dans votre roman, tant de mains tendues, que cela fait du bien, même si le cœur est lourd. Il n’y a surtout pas de parti pris, pas de manichéisme. Il n’est pas question de juger mais de poser des questions et d’ouvrir des pistes de réflexion. Il y a des scènes qui sont formidables, des moments d’une rare intensité, des instants suspendus, qui resteront certainement gravés très longtemps dans la mémoire de vos lecteurs. Et comme à chaque fois que je ferme un roman de cette trempe, la même question qui se pose : que vais-je lire, maintenant ?

Merci, Monsieur Norek.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Quelques années auparavant, une déchetterie et un cimetière se partageaient l’endroit. Puis l’Etat y parqua les migrants aux rêves d’Angleterre. Ce matin, la déchetterie avait repris forme. Mais lorsque les dents puissances de la pelle mécanique s’enfoncèrent dans la terre, c’est le cimetière qui ressuscita. » (p.12)

 

« - […] Les migrants fuient un pays en guerre vers lequel on ne peut décemment pas les renvoyer, mais de l’autre côté, on les empêche d’aller là où ils veulent. C’est une situation de blocage, on va dire. […] Vous croyez aux fantômes, Passaro ?

- Je ne me suis jamais posé la question. Vous parlez des esprits qui hantent les maisons ?

- Exact. Coincés entre la vie terrestre et la vie céleste. Comme bloqués entre deux mondes. Ils me font penser à eux, oui. Des âmes, entre deux mondes… » (p.130)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Norek Olivier. 13/11/2017 11:11

Bonjour Calypso... merci de cette chronique, comme si on parlait ensemble, tout simplement, très humainement... j'en ai été très touché, ému... je vous souhaite une magnifique semaine. Olivier Norek.

calypso 15/11/2017 16:06

Quel honneur, cette visite sur mon petit blog !... Merci !

krol 12/11/2017 09:53

Ce billet est formidable et moi qui lit très très peu de thriller, j'ai très très envie de lire ce livre pour le sujet qu'il développe.

calypso 12/11/2017 10:05

Il ne faut pas hésiter à se lancer car ce n'est pas un thriller !